comment porter du vintage mode féminine

"Les choses anciennes ont un charme fou car elles portent les marques du temps, elles ont une véritable histoire."

Après avoir étudié le stylisme et le modélisme dans l’école de mode Mode Estah à Paris, Claire travaille pendant quelques années dans une bijouterie familiale au sein de laquelle elle confectionne les bijoux, et gère la boutique.  En décembre dernier, elle quitte son CDI pour se lancer dans l’entrepreneuriat en fondant Myosotis Garden, sa friperie vintage en ligne. 

Bonjour Claire, merci infiniment de t’être déplacée jusqu’à Paris pour Mod’Elle ! 

Bonjour, et merci beaucoup pour l’invitation. Je suis ravie de venir échanger sur le sujet qui me passionne !

Au fait, pourquoi le nom de marque Myosotis Garden ?

Lorsque j’étais petite, j’aimais regarder mes parents jardiner. Un jour, ma mère m’a dit : « Tiens, voici ta parcelle de terre. Elle t’appartient, tu y plantes ce que tu veux. ». Et j’avais cette obsession inexpliquée pour les myosotis, je ne voulais planter que ça ! Alors il me semblait naturel d’associer les souvenirs de mon enfance à mon activité d’aujourd’hui.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le principe de la friperie en ligne, peux-tu leur expliquer ce que c’est ?


La première étape de mon activité consiste à chiner des vêtements vintage. Ensuite, je leur refais une beauté. Je dois d’abord les laver, et certains nécessitent un peu plus d’attention : recoudre un petit trou, faire partir une tâche, déboulocher un pull, coudre un bouton… 
Puis je les mets en valeur en composant une tenue avec, et je les prends ensuite en photo sous tous les angles. 
Enfin, je rédige une description complète avec tous les détails de msesures, composition, couleurs, pour les mettre en vente sur la plateforme CrushOn

Comment t’es venue l’idée de lancer ta friperie en ligne ?

Grande adepte de la seconde-main, je chine pour moi depuis de nombreuses années.
Je tiens ça de ma mère qui m’a toujours emmenée avec elle aux vides-greniers.
Elle m’a également transmis l’amour des vêtements et de la mode. Petite, je jouais avec ses jolies robes de bal qu’elles faisait elle-même !

Au fil du temps, mon dressing se remplissait dangereusement. J’ai alors commencé par vendre sur Vinted quelques pièces pour pouvoir pratiquer mon passe-temps favori sans faire exploser mes placards !

Voilà comment tout a débuté. Puis les années ont passé, et la passion était de plus en plus envahissante, jusqu’à ce que j’en décide de faire mon métier. 
Par la suite, j’ai rencontré la super équipe de CrushOn dont les valeurs s’alignent totalement aux miennes.

Avec Myosotis Garden, tu as décidé de te spécialiser dans de la friperie vintage. Qu’est-ce que cela représente pour toi que de porter du vintage ?

J’ai toujours été attirée par les choses anciennes. Je trouve qu’elles ont un charme fou car elles portent les marques du temps, elles ont une vraie histoire. Depuis petite, je chine dans les vide-greniers et les brocantes. Pour moi, porter du vintage, c’est surtout avoir une garde robe qui me ressemble. Il y a ce côté unique dans le vêtement vintage, introuvable chez les grandes enseignes où tout est fait à la chaîne et se ressemble.
D’ailleurs, autrefois, il était très courant de faire ses vêtements soi-même. on retrouve donc beaucoup de pièces cousues main avec amour, ce sont mes préférées !

 

Le vintage souffre d’un certain nombre d’idées préconçues. Aussi bien lorsqu’il s’agit du vêtement, que la personne qui exerce cette mode vintage. Comment toi, à travers ton activité, tu contribues à redorer son image ?

En effet, le vintage a encore malheureusement souvent cette étiquette de sale et passé de mode. Il y a aussi parfois l’a priori qu’il n’y a que des choses farfelues et extravagantes, alors qu’on y trouve des pièces tout à fait actuelles et intemporelles ! En fait, tous les styles peuvent trouver leur bonheur dans le vintage. 

Il y a également les personnes qui le portent volontiers, mais qui n’aiment pas chiner, ou qui du mal à visualiser le potentiel d’un vêtement.
Il est vrai que dans les vide-greniers ou dans les friperies, les vêtements ne sont pas présentés sous leur meilleur jour, et c’est là que j’interviens !

Je propose des articles dénichés un par un pour leur potentiel, et les présente toujours sur moi pour aider mes clientes à se visualiser dedans.

Le vintage, ce n’est pas plus compliqué que ça : il faut une pièce forte, et un basique pour adoucir la tenue. Puis surtout, il faut oser une première fois.

Les vêtements qui sortent de l’ordinaire attirent l’oeil, et c’est normal. Mais cela ne veut pas dire qu’il y a forcément un jugement négatif derrière. 

D’ailleurs, comment tu sélectionnes les vêtements de ta friperie ? Tu parles de pièces « extravagantes », comment toi tu fais pour te visualiser dedans ?


Je fonctionne au coup de coeur ! C’est d’abord une couleur, un imprimé, une matière particulière qui va m’interpeler. La qualité du vêtement aussi est essentielle pour moi.

Je ne pense pas forcément tout de suite à comment je vais l’associer, je sais que l’inspiration viendra. Par contre, le coup de coeur, lui, est instantané. Et quand on l’a, il ne faut pas lui fermer les portes !

Je ne sélectionne que des pièces que je porterais moi-même. Certaines sont très recherchées mais ne me correspondent pas vraiment. Je souhaite que l’univers de Myosotis Garden me ressemble. 

Et comment fixes-tu leurs prix ? Est-ce qu’ils dépendent de ceux auxquels toi tu les as eus ? Ou bien du travail en aval que tu as effectué dessus ?

Les prix de vente de mes articles sont totalement indépendants de leur prix d’achat. Ils sont fixés en fonction de la qualité, la rareté, et l’état du vêtement. 
Ils ne tiennent pas non plus compte du temps que j’ai pu passer à restaurer l’article. 
Par exemple, si j’ai passé 3 heures à recoudre une robe, je la vendrai au même prix qu’une similaire que j’aurais achetée en parfait état, sans rien à arranger. 
Je souhaite avant tout rendre le vintage accessible à tout le monde en appliquant les prix les plus raisonnables possible, tout en tenant compte du travail de recherche, et de mise en valeur qu’il y a derrière mes sélections.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail ?

Ce que je préfère de loin ? Chiner. C’est comme une grande chasse au trésor. Je ne sais jamais quelles seront mes trouvailles, et j’ai toujours la même excitation après des années. Je peux y passer des journées entières, et parfois, j’en oublie même de manger !
J’adore aussi le fait de sauver un vêtement, de lui donner une seconde vie, une seconde chance.

Où est-ce que tu chines ?

Je préfère de loin les vide-greniers ! J’aime beaucoup le contact humain, prendre le temps de discuter avec les personnes à qui j’achète les choses. Souvent,, j’ai droit à quelques anecdotes sur les vêtements, j’aime beaucoup ces moments de partage. 

Après, tout occasion est bonne pour chiner, même en vacances je n’en rate jamais une !

Quels conseils donnerais-tu à des personnes qui n’ont pas l’habitude de chiner pour trouver des pièces qui leur correspond ?

  • Ne jamais être fermé.e : ne pas se dire que l’on est parti pour trouver un type de pièce en particulier, parce qu’on risque d’en ressortir frustré si on ne la trouve pas, mais surtout parce que l’on risque de passer à côté de magnifique pièces.
  • Prendre le temps de se projeter dedans.
  • Ne pas s’arrêter au genre ni à la taille du vêtement : une robe trop large ? On peut y mettre une ceinture par exemple !

Chiner, est un réel état d’esprit. Et une fois qu’on l’a, on y prend énormément de plaisir.

Quels sont les indispensables de ta garde-robe ?

C’est une question très compliquée pour moi car j’aime toute ma garde-robe !
Mais s’il y a bien une pièce dont je ne pourrais me passer, c’est le bon jean bien coupé. 
J’ai une grosse préférence pour la coupe « mom » taille haute bien ceintrée, puis assez ample et droit. Si comme moi vous avez la taille marquée mais des courbes au niveau du bas du corps, il est parfait. 

J’aime aussi beaucoup la petite jupe en cuir pour son côté versatile. Selon avec quoi on la marie, elle peut donner à la tenue un côté rock, chic, ou glamour. 

En haut, j’aime porter des imprimés forts, que ce soit un pull, un chemisier, ou un petit top. 

Et bien sûr, il y a les accessoires qui font toute la différence ! Parmi mes favoris, il y a la ceinture en cuir. Je crois que je les collectionne (rires), mais une belle ceinture donne tout de suite du relief à un look !

Être bien habillée, qu’est-ce que cela signifie pour toi ?

Très bonne question… Je dirais que c’est avant tout porter des pièces de qualité, car même le look le plus simple, lorsque les pièces sont bien coupées et dans de belles matières, fera son effet ! J’ai personnellement un faible pour les looks originaux, colorés, et qui sortent de l’ordinaire.
Mais être bien habillée, c’est avant tout se sentir belle et bien dans ce que l’on porte !

 
Si tu devais résumer la mode en 3 mots :

Jeu, oser, surprenant.
 
Enfin, un petit mot sur ce qui t’a convaincue dans le projet de Mod’Elle ?

Le partage, l’idée de rendre la mode accessible à toutes.
Pour moi, la mode est un jeu où chacun de nous peut construire son propre univers, sa propre vision des choses. Il faut juste encourager les gens à le faire.

Encore un grand merci à Claire pour son partage, son ouverture d’esprit, et sa disponibilité. 

Et retrouvez Claire aka Myosotisgarden et son travail ce week-end à La Bellevilloise à Paris pour un événement signé CrushON. 
Entrée gratuite avec Mod’Elle ! Pour cela, il suffit de nous envoyer un message ici, ou bien sur les réseaux sociaux ! 

Envoyer un message à Mod'Elle 👇
Suivre Myosotis Garden 👇

LEXIQUE

Pour bien comprendre de quoi l’on parle ici.
Définitions du Larousse.

Se dit d’un vêtement, d’un accessoire, etc., des décennies précédentes, remis au goût du jour.

À noter : Claire essaie au possible de ne pas dénaturer le vêtement en le coupant ou en y rajoutant/supprimant des éléments, sauf si nécessaire. 
Elle le remet au goût du jour en le mettant en valeur, en vous le proposant dans une jolie tenue. 

Personne qui fait le commerce de marchandises d’occasion, de vieux vêtements.

Chercher des occasions chez les brocanteurs, les antiquaires, dans les marchés aux puces, etc.

Une plateforme en ligne qui regroupe plusieurs friperies, dont celle de Claire, aka Myosotisgarden.

Convient parfaitement au type de morphologie : taille relativement fine et marquée. Hanches et cuisses plus larges. 

Le jean mum est généralement de taille haute, légèrement évasé au niveau des cuisses et des jambes. Il peut être également serré au niveau des chevilles.

Et vous ? La mode vintage, qu’est-ce que ça vous inspire ?

À propos de Mod'Elle

Mod’Elle est le premier site de conseils féminin qui donne la parole à toutes les femmes. À travers leurs témoignages authentiques, elles vous confient leurs défis de mode quotidiens, et vous aident à renouer avec votre féminité.
Ensemble, soyons belles.